Décoration de l’Ordre des Arts et de la Culture de Mme Gisèle Santoro, danseuse et maitre de ballet

« La danse », disait Paul Valéry, « est un art fondamental, comme son universalité, son antiquité immémoriale, les usages solennels qu’on en fait, les idées et les réflexions qu’elle a de tout temps engendrées, le suggèrent ou le prouvent ».

Cet art fondamental a été mis à l’honneur à la Résidence de France à Brasilia, jeudi 23 novembre, lors de cérémonie de décoration de Mme Gisèle Santoro aux insignes de Chevalier dans l’Ordre des Arts et de la Culture. L’Ambassadeur de France au Brésil, M. Michel Miraillet, a saisi cette occasion pour faire l’éloge de la carrière émérite de la danseuse et maître de ballet, ainsi que de son engagement en faveur du rayonnement culturel de Brasilia et du renforcement des liens entre nos deux pays. Après avoir débuté sa carrière en dansant sur l’Esplanade de Brasilia lors des cérémonies d’inauguration de la ville, elle a dû partir en exil dix ans avec son mari, célèbre compositeur Claudio Santoro, l’accompagnant lors de ses performances en France. Aujourd’hui elle dirige le Séminaire International de Dance de Brasilia.

L’Ambassadeur après un long discours fait d’éloges à la danseuse, a remis sa décoration à Madame Santoro. « Chère Madame, pour avoir transmis cet art immémorial à tant de jeunes générations brésiliennes, pour avoir fait rayonner cet art universel à travers le monde et avoir, grâce à lui, tissé des liens d’amitié solide et fidèle entre nos deux pays, vous avez amplement mérité que la France vous honore ».

La soirée sous le signe des Arts s’est poursuivie par le concert de bossa nova de Madame Célia Rabelo, accompagnée notamment du guitariste Félix.
JPEG
JPEG
JPEG

publié le 29/11/2017

haut de la page