Femmes et diplomatie - 8 mars 2018

Chères Ambassadrices, Chères femmes diplomates,

C’est un grand plaisir pour moi de vous accueillir à la Résidence de France, en cette Journée internationale des droits des femmes, pour participer au débat sur le thème des femmes et de la diplomatie, qui interroge tant le modèle traditionnel du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français, qui semblait jusqu’à récemment fondé sur celui du diplomate masculin accompagné de son épouse, qui assumait les questions logistiques. De fait, notre Ministère fut longtemps l’un des plus rétifs à la féminisation.

Depuis la nomination de la première Ambassadrice en 1972, au Panama, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a beaucoup évolué. Il s’est engagé, et, plus largement, la France dans sa globalité, dans une politique volontariste de promotion de la parité, basée sur le constat que le mérite seul ne suffisait pas à dépasser le plafond de verre entravant l’accès des femmes à des responsabilités. Cette politique commence déjà à porter ses fruits, comme en témoignent les 25% d’ambassadrices en 2017, contre seulement 11% en 2012. Il faut cependant aller plus loin, en particulier sur le terrain de la lutte contre les stéréotypes profondément ancrés et les résistances socioculturelles, car comme l’affirmait, non sans ironie, la journaliste et femme politique Françoise Giroud « La femme serait vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente ».

L’égalité entre les hommes et les femmes et la lutte contre toutes les formes de discrimination revêtent également une exigence d’exemplarité pour notre Ministère, qui place la défense des droits de l’Homme et des femmes au cœur de sa politique étrangère. La France est notamment attachée à éliminer toutes les formes de violences faites aux filles et aux femmes. Cette thématique fera demain l’objet d’un autre débat à l’Ambassade, en partenariat avec l’UE et l’ENAP. Cette mobilisation revêt aujourd’hui une importance accrue dans le contexte de la montée des conservatismes à l´échelle mondiale et de la remise en cause des droits fondamentaux. Un siècle après la création de cette Journée des droits des femmes à Copenhague en 1910, force est de constater que, si les progrès ont été importants, l’égalité entre les sexes nécessite encore de nombreux efforts.

C’est pourquoi le Président Macron s’est engagé à faire de l’égalité entre les femmes et les hommes « la grande cause de son quinquennat ». Sous son égide, notre ministre, Jean-Yves Le Drian, a lancé aujourd’hui la nouvelle stratégie internationale de la France en la matière, qui érige l’égalité entre les genres en principe directeur et transversal de l’ensemble de notre politique étrangère, dans ses volets politique, économique, culturel et de développement. Elle doit également renforcer le changement de culture institutionnelle au sein du Ministère.

Je suis convaincu que vos témoignages aujourd’hui et les bonnes pratiques qui seront partagées seront d’une grande utilité au service de la réalisation de notre ambition commune pour l’égalité. Je vous souhaite d’excellents échanges et vous remercie./.

publié le 12/03/2018

haut de la page