L’Ambassade de France se met au vert

Un habitué ne le perçoit peut-être pas au premier coup d’œil mais une révolution silencieuse est en marche à l’Ambassade de France à Brasília. En effet, elle se verdit petit à petit.

PNG
(vue aérienne de l’Ambassade de France avec son toit végétal (Google Maps))

Afin de mettre en pratique les engagements de la France en matière de développement durable et de préservation de la planète, l’Ambassade, dans une nouvelle étape de sa transformation, vient d’achever la mise en place du pilier de son projet Ambassade verte : un système d’arrosage automatique de ses jardins.

Le projet Ambassade Verte renforce la politique du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international de devenir neutre en émissions carbone d’ici à 2020. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, l’une des priorités de la France. En 2015, le pays a accueilli à Paris la COP-21, la Conférence des Nations-Unies sur le changement climatique.

Depuis la fin janvier, l’irrigation des quatre hectares n’est plus faite manuellement mais par un système d’arrosage automatique, qui pulvérise l’eau sur les plantes et permet une irrigation uniforme et régulière. Durant l’installation de ce nouveau système, qui a duré 3 mois, un réservoir de 2000 litres d’eau a été enterré dans l’ancien terrain de tennis pour alimenter, au moyen de pompes à eau, les tuyaux d’irrigation enterrés. L’irrigation commence à 22h et dure 2 minutes par secteur, 2 fois par semaine pendant la saison des pluies et 10 minutes toutes les nuits pendant la saison sèche.

Installé depuis peu, l’arrosage automatique a déjà permis une économie de 2/3 de la consommation d’eau de l’Ambassade. « En arrosant les plantes la nuit, on évite une évaporation très rapide due à la chaleur du soleil, comme c’était le cas auparavant. Il fallait changer, et, dans le contexte actuel, tout investissement est bon quand il s’agit de préserver la planète » explique Stéphane Tremolani, intendant technique de l’Ambassade. Il rappelle également que, pour le traitement de l’eau, l’utilisation du sel d’aluminium a été remplacée par celle d’un filtre carbone et d’autres composants naturels avec un régulateur de PH.

Un projet phare

Marie Rossignol, responsable de l’installation du projet Ambassade Verde, estime que, de toutes les initiatives du projet, « il n’y a pas de doutes que l’arrosage automatique est celle qui a le plus d’impact en termes de préservation de l’environnement, même si ce n’est pas si visible ».

Pour le chauffeur Ronaldo Magalhães, le changement est pourtant de taille : « je remarquais toujours les grandes quantités d’eau utilisées par les jardiniers pour arroser les jardins. Adopter un système automatique fonctionnant la nuit permet une économie spectaculaire ! »

Yannick Samson, Conseiller aux enjeux globaux, dont l’environnement, souligne que cette initiative coïncide avec la crise hydrique sans précédents que traverse le District Fédéral, obligeant le gouvernement local à rationner l’eau depuis janvier : « C’est une réponse sérieuse en terme de gestion efficace de l’eau ».

LED

L’autre grand projet de l’Ambassade verte fût conclu fin 2016 avec la substitution de 750 lampes fluorescentes par des LED et l’installation de 50 détecteurs de présence, avec pour résultat une réduction de 26,48% de la consommation d’énergie électrique.

Se voulant toujours plus verte, l’Ambassade a également installé un réfectoire, permettant une diminution de la nécessité de prendre la voiture pour déjeuner à l’extérieur.

La prochaine initiative sera la livraison du potager, qui est en train d’être construit à la place de l’ancien terrain de tennis et qui sera notamment composé de plantes alimentaires non conventionnelles, les PANC.

publié le 23/03/2017

haut de la page