L’Université Regionale BELC - 6 février 2018

Madame Denise De Britto Damasco, Présidente de la Fédération des professeurs de français brésiliens,
Monsieur le Directeur de l’Alliance française,
Mesdames et Messieurs les professeurs de français,
Madame Marjorie Pégourié-Khellef, représentante du CIEP,
Mesdames et Messieurs les formateurs,
Chers amis,

C’est avec beaucoup de plaisir que je vous reçois ce soir à la Résidence.
Votre présence nombreuse (140 personnes) ce soir est le signe que le français ne se porte pas si mal au Brésil et en Argentine et que nous pouvons compter sur votre motivation et votre engagement pour promouvoir la langue française.

L’université BELC est une formation proposée par le Centre international d’Etudes pédagogiques et internationalement reconnue. Cette université offre l’occasion de découvrir ou d’approfondir de nouvelles pratiques et de soutenir une évolution de carrière dynamique. Chaque année une session est proposée en France, en été et en hiver.

Des universités régionales sont organisées toute l’année dans le monde entier et il s’agit ici d’une première au Brésil. Elle va vous permettre de bénéficier du savoir-faire de formateurs chevronnés, français ou brésiliens, que je remercie d’avoir accepté de prendre part à ce projet.

Cette semaine à Brasilia va nourrir vos pratiques de classes de nouvelles idées et de nouveaux outils.

On me dit d’ailleurs que vous allez même apprendre à détourner l’usage des téléphones portables de vos étudiants pour en faire des assistants de langue. Je sais aussi que vous allez être capables de monter des émissions radio en français sur vos campus grâce aux enseignements des journalistes de RFI dont je salue la présence parmi nous.

Tout cela rejoint la politique linguistique de cette ambassade qui s’attache à promouvoir un enseignement du français de qualité et qui soutient la qualification académique et la formation continue des enseignants.

Nos priorités portent notamment sur le développement d’écoles et de classes bilingues et je voudrais dire ici aux enseignants et responsables pédagogiques de Niteroi, de Recife, de Manaus, de Macapa, de Porto Alegre, de Florianópolis et d’Aracaju que l’Ambassade de France est à vos côtés et que nous ferons tout notre possible pour développer ces méthodologies novatrices au Brésil.

Nous nous employons également au développement du français dans les universités et les instituts fédéraux. Si nous voulons toujours plus de mobilité entre les étudiants et chercheurs de nos pays respectifs, il est important de veiller à leur formation linguistique et c’est dans ce but que nous avons lancé, il y a deux ans, un programme ambitieux de lecteurs dont plusieurs d’entre eux sont avec nous ce soir.

Notre action rejoint également la grande campagne de promotion du français et du plurilinguisme que le Président de la République a appelée de ses vœux et dont l’objectif est de recueillir des propositions concrètes pour la promotion de la langue française et du plurilinguisme. Cette campagne intitulée « Mon idée pour le français » est aussi une consultation publique mondiale ouverte en ligne à laquelle chacun d’entre vous peut participer en allant sur le site monideepourlefrancais.com
Vous et nous ne devons jamais oublier que nous œuvrons pour la diversité et pour le plurilinguisme et que les langues étrangères sont les bienvenues dans ce siècle où les échanges sont de plus en plus nombreux. C’est ce plurilinguisme que nous nous devons de promouvoir, le français doit avoir sa place dans cette diversité et nous restons aux côtés des professeurs de français pour en garantir le maintien.

publié le 09/02/2018

haut de la page