La France soutient le 3e séminaire international sur les indications géographiques

« La France soutient le 3e séminaire international sur les indications géographiques et les marques collectives dans la ville de Belo Horizonte du 9 au 11 aout. »

La 3eme édition du séminaire international sur les indications géographiques et les marques collectives s’est tenue dans la ville de Belo Horizonte, capitale de l’Etat du Minas Gérais du 9 au 11 aout. Cet évènement, organisé tous les deux ans par le Sebrae, l’Institut brésilien de la propriété industriel (INPI-BR), l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et le ministère de l’Agriculture a reçu le soutien de l’Ambassade de France au Brésil et de l’institut français de la propriété industrielle (INPI-FR).

Le ministre conseiller de l’Ambassade de France, M. Gilles Pecassou, a participé le 9 août à l’ouverture du 3e séminaire international dédié aux indications géographiques aux côtés du Sebrae, du MAPA, de l’OMPI et de l’INPI brésilien. Les indications géographiques (IG) sont aujourd’hui perçues comme l’une des clés de développement et d’amélioration de la qualité des produits pour les petits producteurs, sans oublier le consommateur car l’IG constitue une garantie de l’origine et de la qualité des produits. C’est la première année que le Brésil et la France organisent un évènement conjoint pour promouvoir le système des indications géographiques.

Trois experts français participaient au seminaire, Mme Catherine Oggero, Représentante de l’Institut National français de l’origine et de la qualité (INAO), M. Antoine Ginestet, Responsable des indications géographiques industrielles et artisanales auprès de l’INPI et M. Charles Perraud, Producteur de sel dans les marais salants de Guérande.

De nombreux producteurs brésiliens, ayant bénéficié d’un accompagnement du Sebrae, sont venus partager leur retour d’expérience sur cet instrument de protection et de promotion : Queijo Cansatra, Café Serra da Mantiqueira de Minas Gérais, Café Cerrado Mineiros, Erva-Mate de Sao Matheus, Goiaba de Caropolis, Mel do Parana ainsi que les Doce de Pelotas. Des Chefs cuisiniers brésiliens se sont également exprimés sur l’importance d’avoir des politiques publiques dédiées à la promotion des territoires (Andreia Claudino, Carine Zorzaneli Thomasi, Priscilla Lins et José Antonio Cardoso Fonseca).

En France, les indications géographiques ont une présence forte dans la vie agricole : depuis le début du XXe siècle, la France a reconnu et protège plus de 700 indications géographiques pour les vins, les spiritueux et les produits agricoles ou les denrées alimentaires. Plus récemment, en 2015, un système d’enregistrement des Indications Géographiques pour les produits industriels et artisanaux a été créé en complément du système des Indications Géographiques pour les produits agricoles et vitivinicoles. Aujourd’hui, bon nombre de pays ont mis en place un système national d’enregistrement des indications géographiques et ont commencé à promouvoir l’utilisation de ces

Il existe, depuis février 2007, un accord de coopération bilatéral entre les INPI français et brésilien, signé à l’occasion de la visite au Brésil de la ministre de l’Economie Christine Lagarde. Cet accord a été reconduit en 2009, en 2011 puis en marge du dialogue économique bilatéral France Brésil qui s’est tenu à Paris en 2016. Cet accord vise un large spectre de coopération en matière de propriété.

JPEG
JPEG

publié le 14/08/2018

haut de la page