Remise des prix du 21ème concours « innovation en gestion publique » organisé par l’Ecole Nationale d’Administration Publique

Monsieur le Ministre du Plan, du Développement et de la gestion, cher Dyogo Oliveira,

Monsieur le Président de l’Ecole Nationale d’Administration Publique, cher Francisco Gaetani,

Mesdames et Messieurs les ambassadeurs, chers collègues,

Mesdames, Messieurs,

C’est un grand plaisir pour moi, trois semaines à peine après mon arrivée au Brésil, de pouvoir assister à cette cérémonie de remise des prix du 21ème concours « innovation en gestion publique » organisé par l’Ecole Nationale d’Administration Publique.

Une école prestigieuse qui, depuis 1986, assure la formation initiale et continue des hauts fonctionnaires brésiliens et avec laquelle l’Ambassade de France s’honore d’entretenir une relation solide et ancienne. Je me félicite, tout particulièrement, que les deux écoles sœurs que sont l’ENAP brésilienne et l’ENA française aient décidé de relancer leur coopération, à l’occasion de la visite en 2016 de Nathalie Loiseau, alors directrice de l’Ecole Nationale d’Administration et aujourd’hui ministre chargée des Affaires Européennes.

Ce partenariat entre l’ENAP et la France prend de nombreuses formes, que ce soit à travers des missions croisées, l’organisation de conférences ou de séminaires, mais aussi, depuis 2002, à travers notre participation à ce concours d’innovation en gestion publique.

Chaque année, il nous revient l’honneur de choisir deux lauréats et d’organiser pour eux une visite technique en France sur le thème de leur projet, une manière de favoriser les échanges d’expériences et de bonnes pratiques entre nos deux pays dans des domaines qui touchent à la gouvernance et à la modernisation de l’Etat.

C’est donc avec une satisfaction renouvelée que l’Ambassade de France remet cette année le prix aux deux initiatives suivantes : « Application pour la gestion des hôpitaux universitaires – modèle de gestion » de l’Hôpital clinique de Porto Alegre et « Système d’analyse et de contrôle de gestion » de l’Institut Chico Mendes de Conservation de la biodiversité.

Nous avons choisi ces deux projets non seulement pour l’excellence de leur contenu, pour la vision originale et réellement innovante qui les sous-tend mais aussi parce que ces deux initiatives recoupent pleinement deux des priorités de notre Ambassade.

Dans le cadre de notre coopération bilatérale en matière de santé publique, qui a pris un nouvel essor à la faveur des premières Assises franco-brésiliennes de la santé tenues en 2015, nous œuvrons au rapprochement des centres hospitaliers universitaires français et leurs homologues brésiliens : un accord en ce sens a été tout récemment signé à Brasilia entre l’entreprise brésilienne des services hospitaliers, l’EBSERH, et la conférence des directeurs généraux des CHU français. Cet accord vise surtout à promouvoir l’échange des compétences dans le domaine de l’enseignement et de la recherche clinique. L’initiative de l’hôpital de Porto Alegre, aujourd’hui primé, s’intéresse, quant à elle, davantage à des problématiques de gestion et de gouvernance. Elle est donc parfaitement complémentaire de ce que nous promouvons par ailleurs.
Quant au second projet, développé par l’Institut Chico Mendes de conservation de la biodiversité, il entre également totalement en résonance avec la politique de préservation de l’environnement, que la France comme le Brésil, surtout depuis l’accord de Paris, ont placée au centre de leurs priorités.

Je salue donc chaleureusement les lauréats de ces deux projets, en espérant que leur prochain séjour en France leur permettra des échanges fructueux et porteurs de coopérations futures.

Cette remise des prix du concours d’innovation en gestion publique sera suivie, dès demain, par l’ouverture d’une troisième semaine de l’innovation, à laquelle, je m’en réjouis, participeront deux spécialistes françaises.

Le mot innovation est devenu de nos jours un mot passe-partout, il est parfois tellement galvaudé qu’on finit par ne plus savoir très bien ce qu’il signifie.

Je suis heureux de constater que pour vous, Monsieur le Ministre, pour vous, Monsieur le Président, ce mot non seulement a un sens, mais qu’il recouvre un devoir : celui de moderniser l’administration au service du citoyen.

Pour votre engagement sans faille en faveur de cette haute et noble mission, permettez-moi de vous féliciter chaleureusement.

publié le 24/10/2017

haut de la page