Quatrième édition du symposium sur la sécurité régionale Europe-Amérique du Sud

JPEG
JPEG

La quatrième édition du symposium sur la sécurité régionale Europe-Amérique du Sud s’est tenue le 4 avril 2018 au Commandement militaire du Planalto (Présidence de la République). Elle a attiré plus de 400 personnes dont des représentants d’ambassades, de ministères, des forces armées ainsi que beaucoup d’étudiants. Cet événement a été organisé par le Ministère de la Défense du Brésil à travers son institut d’études de défense Pandia Calogeras, le Cabinet du ministre, et l’Etat Major conjoint des forces armées, ainsi que par le ministère des Relations extérieures, la Délégation de l’UE, les ambassades de France et de Belgique, le Centre brésilien de relations internationales (CEBRI), l’Institut royal belge des relations internationales (Institut Egmont) et la Fondation Konrad Adenauer.

Cet évènement était destiné à consolider le partenariat de l’UE avec l’Amérique du Sud sur des sujets d’intérêts communs dans le domaine de la défense et de la sécurité, comme souhaité dans les conclusions du Conseil du 18 mai 2017 dans le cadre de la stratégie globale de l’UE.

Après une intervention du chef du Cabinet de Sécurité institutionnelle, M. Etchegoyen, le public a pu assister et participer à trois tables rondes : la première sur les politiques de défense et de sécurité, thème traditionnel à toutes les éditions ; la seconde offrant un regard croisé en matière de défense et de sécurité entre l’Afrique, l’Europe et l’Amérique du Sud ; et la dernière consacrée à la lutte contre le narcotrafic et le crime transnational.

Chaque panel a souligné la nécessité d’accentuer la coopération entre les blocs régionaux. Le général Philippe Boutinaud, Chef du bureau des Affaires régionales à la Direction Générale des relations internationales et de la stratégie, a notamment rappelé les liens historiques et culturels avec le continent africain, tant pour les Européens que pour les Sud-américains, et principalement les Brésiliens. Il a clairement milité pour le développement d’une coopération triangulaire, voire multilatérale renforcée, notamment dans le cadre d’opération de maintien de la Paix de l’ONU ou des opérations de l’UE pour renforcer les capacités de nos partenaires africains.

publié le 11/04/2018

haut de la page